Voir le flux RSS

AS4B

L'épouse du terroriste condamnée à du sursi pour ne pas avoir fourni des informations qui auraient pu conduire à son arrestation - 16 août 2013

Noter ce billet
Citation Envoyé par AS4B Voir le message
L'épouse du terroriste condamnée à du sursi pour ne pas avoir fourni des informations qui auraient pu conduire à son arrestation - 16 août 2013




L'épouse d'un terroriste condamné a reçu une condamnation avec sursis de 12 mois à Old Bailey pour avoir omis de fournir des renseignements qui aurait pu contribué à son arrestation et aux poursuites.
Ayan Hadi, 31 ans, d'Acton, à l'ouest de Londres, avait déjà admis ne pas avoir alerter les autorités lorsque son mari Richard Dart, un musulman blanc converti, avait prévu de se rendre au Pakistan pour s'entraîner au combat qui pourrait ensuite être suivi par des actes de terrorisme.
Elle avait plaidé coupable à Old Bailey de ne pas avoir fourni d'informations qu'elle savait ou pensait pouvoir contribué à son arrestation, la poursuite ou la condamnation de son mari pour un acte de terrorisme.
Lors de la condamnation M. Justice Sweeney à Old Bailey, a déclaré à Hadi que «la justice pourrait être modérée par la miséricorde» notamment quand quelqu'un est vulnérable ou en relation avec un accusé.
Hadi a subbi un premier mariage abusif, se sentait isolés et voulait une vie de famille heureuse, à appris le tribunal.
Elle a été condamnée à 12 mois d'emprisonnement avec sursis de deux ans, une ordonnance de surveillance de deux ans plus une obligation de 10 ans où elle devra dire aux autorités où elle se trouve.
Dart a été condamné pendant six ans en avril avec deux co-conspirateurs Jahangir Alom et Imran Mahmood pour la préparation d'actes de terrorisme.
Le juge a indiqué à Hadi qu'il y avait eu «un élément de choix» dans sa décision de ne pas alerter les autorités après que Dart lui ait révélé ses intentions en novembre 2011.
Dart l'a également mise «dans une position difficile» en lui faisant «choisir entre votre amour pour lui» et son devoir de le dénoncer aux autorités.


Le juge a noté que Hadi était de bonne moralité et que ni elle ni aucun membre de sa famille avait montré de la sympathie pour les djihadistes.
Hadi et Dart se sont rencontré sur internet en août 2011, ils se sont mariés un mois plus tard et elle a prétendu qu'elle ne pas savoir qu'il était un extrémiste jusqu'à ce qu'elle vit plus tard, un documentaire de la BBC par son beau-frère Robb Leech - appelé My Brother The Islamist (mon frère l'islamiste).



Le juge a dit: «Vous avez fait preuve de remords dans votre comportement. Cette expérience vous a fait prendre conscience de vos responsabilités».




Imran Mahmood a été condamné à neuf ans et neuf mois, Jahangir Alom a été condamné à quatre ans et six mois.
Au moment où ils ont été condamnés, le juge a dit qu'ils étaient tous des «fondamentalistes engagés» qui aurait été prêt à tuer.
Dart et Alom se sont rendus au Pakistan pour tenter d'obtenir une formation de terroriste, et pris conseil auprès de Mahmood qui avait déjà visité le pays, indique le tribunal.

Dart, ancien garde de sécurité de la BBC a également discuté de la fabrication de bombes avec Mahmood, et ciblé la ville de Wiltshire dans le Royal Wootton Bassett - lieu de rapatriement des soldats britanniques de retour d'Afghanistan.
Dart, qui a changé son nom en Salahuddin al-Britani, s'est impliqué dans l'extrémisme après avoir quitté sa ville natale de Weymouth, Dorset, à l'est de Londres et d'avoir fraternisé avec le musulman Anjem Choudary.
Des emails entre Hadi et Dart ont montré qu'elle «a approuvé son approche consciente de la sécurité», y compris le besoin de mots de passe, dit le juge.
Il a noté qu'il était "tout aussi clair que Dart a fait ses intentions terroristes".
Mozammel Hossain, l'avocat d'Hadi à indiqué que c'était une femme décente, avec un jeune enfant qui avait épousé Dart "ne sachant pas le genre d'homme qu'il était."
Il l'a décrite comme une femme qui voulait une vie de famille affectueuse mais elle était assez faible. Elle souffre d'une maladie post-natal.



«Elle était désespérée d'avoir une famille, se marier et avoir un enfant, de M. Hossain revendiqué.
Son premier mari était un homme violent qui la gardait enfermée dans la maison, indique le tribunal.
M. Hossain a ajouté qu'elle n'avait pas «toléré ou soutenu ce que son mari choisissait» et il n'y a «aucune preuve que cette dame ait tenu des points de vue radicaux ou extrémistes. Il s'agissait dans son désir de rester en contact avec son mari.
Dart, un fils d'enseignants, a également discuté de fabriquer une bombe avec Mahmood et désigné le rapatriement de militaire dans la ville de Wootton Bassett comme une cible potentielle.
La police a découvert des fragments de texte sur son ordinateur portable qui a révélé que le couple avait utilisé l'ordinateur pour avoir une «conversation silencieuse» pour éviter les bugs de surveillance possibles - ouverture d'un document Word et tapant à tour de rôle, puis en supprimant le texte.
Ils ont cru à tort que rien de tout cela ne serait stocké sur la machine mais les experts ont retrouvés des fragments de code déchiffrés de ce qui a été dit, y compris que Mahmood faisait référence à Wootton Bassett.
Le trio a été capturé lors d'une opération de surveillance énorme par Scotland Yard et le MI5. Les enquêteurs ont appris que Dart et Alom faisait équipe avec Mahmood dans le but de s'entraîner avec Al-Qaïda au Pakistan, après un voyage précédent soldée par un échec.













Mahmood dit qu'il avait vu un manuel de fabrication de bombes.
Le juge Simon dit que le trio détenaient les croyances islamistes radicales et ont voulu commettre des actes de terrorisme ».
Mahmood et Dart ont tous deux été condamnés à des peines longues, ce qui signifie qu'ils vont purger les deux tiers de leurs peines de prison plutôt que la moitié.
Le juge a dit qu'ils étaient tous des «fondamentalistes engagés» qui aurait été prêt à tuer.
Il a dit à Dart et Mahmood: «Je suis satisfait des peines requises , aucun d'entre vous n'avait écarté une attaque contre le Royaume-Uni, et que vous, Mahmood, cherchiez à vous armer d'une bombe."








L'équipes antiterroristes croyaient aussi que le couple ait utilisé la même tactique en marchant dans la rue avec un téléphone mobile.
Le juge Simon dit que les accusés avaient des "vues radicales", étaient «dangereux» et pourraient tuer.
Choudary, dont les groupes Islam4UK et Muslims Against Crusades ont été interdits, a lancé une défense extraordinaire de Dart, en disant qu'il a été emprisonné pour un «délit d'opinion», n'avait «commis aucun péché et n'avait blessé personne», ajoutant « la formation au Jihad est un devoir pour les musulmans".




Le religieux est apparu avec Dart dans un film de la BBC, "mon frère l'islamiste". Dans ce document, Dart dit qu'il y avait «beaucoup d'idées fausses sur Al-Qaïda» et a protesté contre un retour aux sources pour les soldats.
Met le sous-commissaire adjoint Stuart Osborne a appelé l'affaire «un exemple classique de la façon dont les terroristes vivent au milieu de nous».
Dart et Mahmood sont tous deux nés au Royaume-Uni, tandis que Alom est né au Bangladesh mais est citoyen britannique.



Source : Dailymail.co.uk



Traduit par : AS4B
Tags: Aucun Ajouter / Editer les tags
Catégories
Sans catégorie

Commentaires