Résultats de 1 à 9 sur 9
  1. #1

    Ebola : Virus mortel à 90%

    L'épidémie de fièvre Ebola ravage la Guinée

    Un nouveau bilan officiel fait état d'au moins 59 morts dans le pays. Les médecins se disent "débordés" par l'épidémie de fièvre Ebola.

    Publié le

    http://www.lepoint.fr/monde/l-epidem...1804173_24.php

    L'épidémie de fièvre Ebola qui sévit depuis le 9 février dans le sud de la Guinée a fait au moins 59 morts, selon un nouveau bilan fourni samedi par les services de santé guinéens.
    "L'épidémie de fièvre Ebola qui sévit dans le sud de la Guinée, notamment dans les préfectures de Gueckédou et de Macenta depuis le 9 février dernier, a fait au moins 59 morts sur 80 cas recensés par nos services sur le terrain", a déclaré le chef de la division prévention au ministère de la Santé, le Dr Sakoba Kéita.
    "Nous sommes débordés sur le terrain"

    Le précédent bilan officiel faisait état de 34 morts.
    "Nous sommes débordés sur le terrain, nous luttons contre cette épidémie avec les moyens du bord, avec le concours des partenaires (OMS, MSF, UNICEF, etc.), mais sachez que c'est difficile, mais nous y parviendrons", a ajouté le Docteur Kéita.



    C'est grave surtout s'ils veulent fuir le pays à cause de cette fièvre contagieuse.

  2. #2
    Fièvre Ebola : l'épidémie est l'une des "plus effrayantes" jamais enregistrées

    Selon un responsable de l'OMS, l'épidémie, qui touche l'Afrique de l'Ouest, pourrait encore durer de deux à quatre mois.

    Mis à jour le , publié le L'épidémie de fièvre Ebola en Afrique occidentale figure parmi "les plus effrayantes" jamais enregistrées depuis l'apparition de la maladie il y a quarante ans, a déclaré, mardi 8 avril, l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Au total, 111 personnes en sont mortes cette année, selon l'OMS.
    Au cours d'un point de presse effectué à Genève, Keiji Fukuda, vice-directeur général de l'OMS, a indiqué que la propagation de l'épidémie était particulièrement inquiétante. Elle a commencé dans le sud de la Guinée, pour s'étendre vers la capitale Conakry et le pays voisin, le Liberia.
    L'OMS a déclaré s'attendre à ce que l'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest dure de deux à quatre mois. L'agence des Nations unies n'a toutefois recommandé aucune limitation des voyages à destination de la Guinée, où ont été recensés 157 cas suspects ou confirmés, dont 101 mortels. Aucune restriction n'a été formulée, non plus, pour le Liberia, où 21 cas suspects ou confirmés ont été signalés, dont 10 morts.



    Avec les migrants ça fait peur.


    Et qu'en est-il du virus du coran d'arabie saoudite ? Il sévit encore


    http://www.bfmtv.com/international/c...te-749535.html

  3. #3

    Ebola : Alerte rouge

    Une nouvelle souche du virus pourrait étendre ses ravages en Afrique centrale, en plus de l'Afrique de l'Ouest, où le nombre de victimes ne cesse de croître.

    Cette épidémie a débuté le 26 juillet 2014 : une femme serait tombée malade quelques jours après avoir dépecé un singe trouvé mort dans la forêt. Le communiqué précise : "À ce jour, 70 cas ont été confirmés, dont 42 décès, soit un taux de létalité d'environ 60 %, similaire à celui observé en Afrique de l'Ouest. Le pic épidémique a été observé la semaine du 24 août 2014

    Publié le

    http://www.lepoint.fr/editos-du-poin...p#xtor=CS3-190





    Paris : un cas suspect d’Ebola à l'hôpital Bégin

    Il s’agit de l’une des infirmières qui a été en contact rapproché et régulier avec Lucie, l’humanitaire de Médecins sans frontières, contaminée au Liberia et rapatriée en France dans la nuit du 18 au 19 septembre, déclarée guérie depuis

    Publié le 16.10.2014, 15h31 | Mise à jour : 21h04

    http://www.leparisien.fr/societe/par...14-4217825.php




    Ebola aux Etats-Unis : dysfonctionnements en cascade, Obama s'alarme

    Publié le .10.2014, 08h15 - mise à jour : 09h33

    http://www.leparisien.fr/societe/ebo...14-4217235.php




    Ebola: un premier cas en Italie?

    Par LEXPRESS.fr, publié le
    Selon le JDD, un employé italien des Nations unies de retour d'Afrique présenterait des symptômes du virus Ebola. Le ministère italien de la Santé n'a pas souhaité confirmer ou infirmer l'information.

    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/soc...UrBYD5EoOkc.99






    Flippant
    Et combien de cas de retour de la mecque en Europe ? Va-t-on nous le dire ?

  4. #4
    Senior Member Avatar de PatriotPro
    Inscrit
    juin 2014
    Localisation
    sud de la FRANCE ou sudarabia
    Messages
    779

  5. #5
    Senior Member Avatar de PatriotPro
    Inscrit
    juin 2014
    Localisation
    sud de la FRANCE ou sudarabia
    Messages
    779

    Angry

    Nous y voilà : Ebola, c’est la faute aux Blancs !


    Jeudi, Yves Calvi consacrait son numéro de « C dans l’air » sur France 5 à la psychose Ebola. Le titre de son émission : « Ebola : pas de panique mais… » Pas de panique justifiée, mais tout ce qu’il faut pour l’organiser, notamment parce qu’elle fait vendre de l’Audimat et du papier.

    Émission passionnante de bout en bout où l’on comprend que cette maladie est avant tout celle de la pauvreté et de l’ignorance, une maladie de la misère dans des pays qui, depuis les indépendances, ont été ravagés par les guerres tribales, et où les systèmes de santé sont totalement défaillants. Des pays où l’on trouve au mieux un médecin pour 100.000 habitants, et parfois aucun pour 4 millions, comme au Liberia ! Pourquoi ? Parce que les élites se forment en majorité chez les Blancs et y demeurent. Comme un certain Pascal Adjamagbo, dont on apprend au détour de l’émission qu’il a lancé une pétition pour dénoncer le plan concerté d’élimination ciblée des populations noires d’Afrique par les Blancs. Rien que ça.


    M. Adjamagbo n’est pas n’importe qui : ingénieur de l’École nationale des ponts et chaussées de Paris, docteur d’État et agrégé de mathématiques, professeur à l’université de Jussieu (Paris 6), membre du « Panel de haut niveau de l’Union africaine pour la science, la technologie et l’innovation », il a lancé fin août sur Internet sa « Pétition au nom de la science à l’Union africaine pour une commission d’enquête internationale du Conseil de sécurité de l’ONU et de l’Union africaine sur l’origine du SIDA et de l’Ebola ».

    Passons donc sur le fait, doublement étonnant à nos yeux, que ce monsieur qui aime tant ses frères africains préfère enseigner à Jussieu plutôt qu’à l’université de Lomé, et que la France, qui collectionne les médailles Field, trouve bon de recruter ses enseignants parmi les Togolais, et penchons-nous sur les propos dudit Pascal Adjamagbo. 
À l’en croire, c’est un programme développé par « le régime sud-africain de l’apartheid entre 1980 et 1994, consistant en la mise au point et la manipulation “d’armes biologiques de destruction massive” dirigées sélectivement contre les populations d’Afrique » qui viserait à l’éradication du continent noir. Comme les laboratoires chinois, sans doute, mirent au point la peste noire qui fit 25 millions de morts en Europe entre 1347 et 1350 ?


    Bien que passé par nos grandes écoles, M. Adjamagbo est resté un enfant de sa terre. Prétendant parler au nom de la science, il participe activement à l’épidémie de fantasmes qui, en Afrique, tue autant que le virus, tenant les malades à distance des rudimentaires centres de soins « perçus comme des mouroirs », prétendant que cette maladie « est une invention de Blancs ». « Pendant 30 ans, notre emblème symbolisait le secours, la vie », disent les soignants de Médecins sans frontières, « maintenant on a une sorte de blason de mort qui nous colle à la peau ». Suspectées d’apporter la mort, des équipes chargées d’informer les populations ont même été massacrées dans des villages de brousse en Guinée.

    Choléra, maladie du sommeil, fièvre jaune, paludisme, tuberculose, SIDA… il y a, en Afrique, depuis des années, des maladies qui tuent bien plus qu’Ebola et qui sont infiniment plus contagieuses, disent les virologues. Du fait des fantasmes répandus par M. Adjamagbo et ses semblables, les gens n’approchent plus des dispensaires pour se faire traiter, et la mortalité explose.

    Enfin, rappelons à ce monsieur que si l’OMS n’a déclaré l’urgence sanitaire que cinq mois après le début de l’épidémie d’Ebola, l’Union africaine ne s’est réunie, elle, pour la première fois qu’en septembre dernier ! Alors plutôt que cracher sur l’Occident où il a étudié et où il vit la vie des riches Africains en diaspora, Pascal Adjamagbo ferait mieux de rentrer au pays aider son Afrique à sortir de la victimisation qui lui tient lieu d’économie et du maraboutage qui sert encore trop souvent à tout le reste.

    http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/y-voila-ebola-cest-faute-aux-blancs,130608

  6. #6
    Citation Envoyé par PatriotPro Voir le message
    Le Hajj à La Mecque tire à sa fin Mis à jour le 16.10.2013

    http://www.24heures.ch/monde/Le-Hajj...story/13225775

    Des centaines de milliers de fidèles musulmans effectuaient mercredi, pour la deuxième journée consécutive, le rituel de lapidation de Satan à Mina près de La Mecque, dernière étape du Hajj annuel.



    Est-ce que le coronavirus et ébola vont se rencontrer ? Tous les ans ils ont un virus nouveau. Quand il y en aura encore un autre l'année prochaine, un trio de virus ça peut donner quoi ? Ca ira + vite sur place pour qu'ils arrêtent avec leur idéologie de débloquer. La pierre noire doit être hyper infectée avec les mains et les bouches qui s'y posent...

    Et quand je lis cet article, ci-dessous, je me dis que les pilotes devraient plutôt refuser de les ramener.

    Ebola: des syndicats d'Air France refusent la desserte de Conakry.

    https://fr.news.yahoo.com/ebola-des-...--finance.html

  7. #7
    Ebola : le virus est en train de muter

    Le 29 janvier 2015 à 19h00

    http://www.topsante.com/medecine/san...de-muter-76091

    Les chercheurs de l'Institut Pasteur en Guinée affirment que le virus Ebola a muté depuis la découverte des premiers cas en mars dernier. Il est peut être devenu plus contagieux

    S'il est impossible, pour l'instant, de déterminer de quelle façon le virus Ebola a changé, les scientifiques présents en Guinée affirment que le virus a muté depuis sa première apparition en mars dernier. Les chercheurs de l'Institut Pasteur à Paris sont donc en train d'analyser des centaines d'échantillons en provenance d'Afrique de l'Ouest pour déterminer si ce nouveau virus est plus contagieux.
    "Nous devons savoir comment ce virus a changé pour être à jour face à cet ennemi" a déclaré le Dr Anavaj Sakuntabhai, chef de l'unité Génétique fonctionnelle des maladies infectieuses à l'Institut Pasteur.
    600 échantillons du virus analysés au Sénégal

    Cette mutation n'a pas vraiment surpris les scientifiques, qui savent que les virus (comme c'est le cas pour le virus de la grippe saisonnière) ont des taux élevés de mutation. Ce qui signifie qu'ils peuvent devenir potentiellement plus dangereux.
    Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus Ebola aurait muté au cours des 24 premiers jours de l'épidémie.
    Les chercheurs de l'Institut Pasteur vont ainsi analyser près de 600 échantillons provenant de patients guinéens, conservés à Dakar (Sénégal).
    "L'objectif de ces recherches est notamment d'améliorer la connaissance de la réaction immunitaire de l'homme face au virus, et notamment de comprendre pourquoi certaines personnes ne survivent pas à l'infection, alors que d'autres parviennent à la combattre" explique le Dr Sakuntabhai. Les chercheurs espèrent également que ces travaux fourniront des données sur la manière dont le virus évolue et se transmet, d'individu en individu, pour pister sa propagation.


    Il aime l'Afrique ce virus...
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  8. #8
    RDCongo: une épidémie d'Ebola déclarée dans le nord-est, 3 morts



    La République démocratique du Congo est confrontée à une nouvelle épidémie de fièvre hémorragique Ebola, qui s'est déclarée dans une zone enclavée du nord-est, où la maladie a fait trois morts depuis le 22 avril, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

    La dernière épidémie d'Ebola dans le pays remonte à 2014.

    La nouvelle épidémie touche une zone de forêt équatoriale dans la province du Bas-Uélé, frontalière de la Centrafrique, indique l'OMS dans un communiqué publié vendredi à Kinshasa.

    Dans une déclaration faite à la télévision publique, le ministre de la Santé congolais Oly Ilunga a confirmé la survenue de la maladie tout en appelant la population "à ne pas céder à la panique".

    La RDC "vient de prendre toutes les dispositions utiles pour riposter promptement et efficacement à cette nouvelle épidémie de la maladie à virus Ebola", a-t-il affirmé.

    L'OMS indique qu'elle "travaille en étroite collaboration" avec les autorités congolaises "pour faciliter le déploiement des matériels de protection et du personnel sur le terrain afin de renforcer la surveillance épidémiologique et contrôler très rapidement l’épidémie" qui s'est déclarée dans une zone difficile d'accès.

    La RDC a déjà fait face à sept épidémies d'Ebola, et la dernière remonte à 2014, pendant que l'Afrique de l'Ouest était également frappée par la maladie.

    L'épidémie congolaise était distincte de celle de l'Afrique de l'Ouest, la plus grave jamais déclarée, qui avait fait plus de 11.000 morts en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, entre 2013 et 2015, suscitant un effroi mondial.

    Rapidement circonscrite au Congo, Ebola avait fait officiellement 49 morts, moins de trois mois après sa reconnaissance par les autorités.

    Les Nations unies avaient alors salué "l'immense travail" réalisé contre la maladie par Kinshasa et ses partenaires, comme l'OMS ou Médecins sans frontières.

    Réponse coordonnée

    Cette dernière épidémie d'Ebola au Congo avait touché une région enclavée de la province de l’Équateur (nord-ouest), en pleine forêt équatoriale, dans le district de Boende (800 km au nord-est de Kinshasa).

    Les autorités sanitaires avaient alors enregistré 66 cas confirmés en laboratoire ou suspects, ce qui faisait ressortir un taux de létalité global de 74,2%, selon les données officielles.

    L'épidémie d'Ebola déclarée aujourd'hui est la huitième a avoir touché le pays depuis la découverte de ce virus sur le sol congolais en 1976.

    La durée d'incubation du virus Ebola est de 21 jours.

    Selon l'OMS, les premières équipes des spécialistes de plusieurs domaines sur la lutte contre la maladie devraient rejoindre la zone touchée dans les 48 heures au plus tard.

    "La zone de santé de Likati (environ 1.300 km de Kinshasa) est d’accès difficile, mais le travail de suivi des cas contacts est crucial pour endiguer l’épidémie à partir de son foyer". "La RDC dispose pour ce faire de ressources humaines très expérimentées pour la lutte", note l'OMS.

    Elle en appelle cependant à l'engagement d'autres partenaires "pour une réponse multisectorielle coordonnée et appropriée".

    L’organisation médicale ALIMA (The Alliance For International Medical Action), a annoncé dans un communiqué que son équipe "d’investigation se rend à Likati avec du matériel de protection et des médicaments pour prendre en charge les cas suspects et confirmés".



    (©AFP / 12 mai 2017 19h21)





    Lire aussi sur sciencesetavenir.fr Le 12.05.2017


    Déclaration d'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo


    La République démocratique du Congo a déclaré une épidémie d'Ebola en cours auprès de l'Organisation mondiale de la santé.


    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  9. #9
    Ebola : le virus a fait 25 morts en République démocratique du Congo, toute l'Afrique de l'Est en état de "haute alerte"

    Selon un nouveau bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le nombre de morts dus à Ebola en RDC s'élève à 25, sur un total de 45 cas, dont 14 confirmés.


    La situation empire de jour en jour. La Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) s'est déclarée, vendredi 18 mai, en état de "haute alerte" au virus Ebola. Parmi les États membres, la Tanzanie, l'Ouganda, le Soudan du Sud, le Rwanda et le Burundi sont voisins de la République démocratique du Congo, confrontée à une épidémie de fièvre Ebola depuis début mai. Seul le Kenya n'a pas de frontière avec ce pays.

    "Tous entretiennent des échanges commerciaux avec d'importants trafics transfrontaliers", a aussi rappelé cette organisation sous-régionale dans un communiqué. "Ces facteurs font que l'EAC se trouve en état de haute alerte", même si aucun cas d'Ebola n'a encore été identifié dans la région, poursuit-elle.



    Lire la suite
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Activé