Il y a trente-huit ans, Jean Raspail faisait scandale en publiant « Le Camp des Saints », roman dans lequel il imaginait le déferlement de populations du tiers-monde, poussées par la faim et la misère sur les côtes françaises. Un million de boat people prenaient pied sur notre territoire, en avant-garde d'une inéluctable invasion. Le gouvernement atermoyait, puis cédait. Mais une poignée de pa triotes résistait jusqu'au bout, les armes à la main... Avec la nouvelle législation en vigueur, la réédition de cet ouvrage serait susceptible d'entraîner des poursuites judiciaires. Jean Raspail en prend le risque, et nous explique pourquoi.

Sitôt après avoir lu votre roman, en 1973, Jean Cau s'interrogeait: «Et si Raspail, avec "Le Camp des Saints", n'était ni un prophète ni un romancier visionnaire, mais simplement un implacable historien de notre futur?»
Jean Raspail - Bonne question, à laquelle on frémirait de répondre par l'affirmative. C'est un livre inexplicable, écrit il y a presque quarante ans, alors que le problème de l'immigration n'existait pas encore. J'ignore ce qui m'est passé par la tête. La question s'est posée soudain : «Et s'ils arrivaient?» Parce que c'était inéluctable. Le récit est sorti d'un trait. Lorsque je terminais le soir, je ne savais pas comment j'allais poursuivre le lendemain. Les personnages ont surgi, inventés au fur et à mesure. De même pour les multiples intrigues. Henri Amouroux, passionné d'histoire et de démographie, s'est exclamé après lecture : «Ah, mon Dieu, je n'ai jamais vu de prophète de ma vie, vous êtes le premier!» Le livre se trouvait simplement en symbiose avec une question fondamentale, devenue aiguë aujourd'hui. Les tabous sont en train de sauter, témoin la passion qui se développe autour du procès Zemmour, dont on attend le jugement le 18 février. Il a été mis en cause pour une de ces phrases que l'on prononce rapidement lors des débats télévisés, dont le principe même est celui des pensées courtes, non argumentées, c'est la loi du genre. Assistant aux audiences, j'ai observé les multiples avocats des parties civiles s'opposer à l'unique défenseur de Zemmour. Un certain système liberticide - je n'aime guère ce mot : on se croirait dans les tirades de 1791... - poursuit par voie judiciaire ceux qui ne font que regarder la vérité en face. Tout un milieu s'agite ainsi, au nom de l'antiracisme, instrumentalisant un concept qui n'appartient qu'aux consciences. Ce milieu-là se crispe, se radicalise. Il ne veut rien céder. Il y sera obligé, le procès Zemmour générant un intérêt significatif du changement des mentalités. «Historien de notre futur», se demandait Jean Cau ? A Dieu ne plaise pour les péripéties du roman. Mais pour ce qui est du problème de l'immigration, nous y sommes.



La suite