Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Résultats de 1 à 10 sur 17
  1. #1

    La Corée du Nord prête à combattre les Etats-Unis

    À l'occasion du 70e anniversaire du parti unique, Kim Jong-un a prononcé un discours au ton plus que belliqueux, affirmant que son pays est prêt à faire face à toute menace des Etats-Unis.


    La Corée du Nord est prête à faire face à toute menace des Etats-Unis, a affirmé samedi 10 octobre son numéro un, Kim Jong-un, en présidant une parade qui pourrait être l'une des plus imposantes démonstrations de force de l'histoire du pays. Vague après vague, des milliers de soldats marchant au pas de l'oie ont défilé sur la place Kim Il-Sung à Pyongyang, suivis par des colonnes de chars, de véhicules blindés et de missiles, à l'occasion du 70e anniversaire du parti unique. Portant son traditionnel costume sombre à col Mao, le dirigeant nord-coréen a prononcé un discours au ton plus belliqueux que lors de ses précédentes apparitions en public, affirmant que son pays était prêt à faire face à toute menace des Etats-Unis. "Aujourd'hui, notre parti proclame avec détermination que nos forces armées révolutionnaires sont capables de faire face à toute guerre provoquée par les Etats-Unis, et nous sommes prêts à protéger notre peuple et le ciel bleu de notre patrie", a lancé le dirigeant nord-coréen.
    Le défilé a été organisé en hommage au parti unique d'inspiration marxiste-léniniste, qui règne au bon plaisir de trois générations de Kim, considérés comme la seule dynastie communiste de l'histoire dans ce pays, l'un des plus hermétiques au monde. "Le Parti des travailleurs de Corée est un parti invincible qui forme un tout avec le peuple", a ajouté le leader nord-coréen dans un discours de trente minutes, ponctué d'applaudissements de dizaines de milliers de personnes qui brandissaient des drapeaux. Il n'a pas tari d'éloges envers les Nord-Coréens, les qualifiant de "source du miracle" qui a permis à un pays arriéré de se transformer selon lui en "puissant Etat socialiste, indépendant et autonome en matière de défense". "Vive le Parti invincible des travailleurs de Corée", a proclamé une large banderole suspendue à un ballon gonflé à l'hélium surplombant la place nommée en l'honneur du grand-père du dirigeant nord-coréen. Les immeubles entourant la place étaient ornés des drapeaux du parti communiste -- faucille et marteau sur fond rouge -- et du drapeau bleu, blanc rouge de la Corée du Nord. La place était submergée par une mer de couleurs, des dizaines d'hommes et de femmes agitant des drapeaux et des fleurs, malgré des conditions climatiques peu favorables, la pluie ayant succédé à un orage nocturne.

    Armes nucléaires

    La suite...




    On pourrait en rire mais il a des armes nucléaires. Il est psychologiquement fragile, dans sa folie le danger nucléaire ne peut pas être exclu. Il ne pourrait pas gagner une guerre contre les USA mais il peut faire des dégâts avec son comportement bizarre d'original qui a très envie de "jouer" avec son nucléaire.
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  2. #2
    La Corée du Nord serait en mesure de fabriquer 10 bombes au plutonium

    VIDÉO - Les autorités sud-coréennes estiment que Pyongyang, qui veut lancer un missile nucléaire sur les États-Unis, a accumulé 50 kilogrammes de plutonium.
    De notre correspondant à Pékin

    Obnubilée par le développement de ses armes nucléaires, la Corée du Nord n'a pas fini d'inquiéter ses voisins asiatiques, mais aussi les États-Unis, sa principale cible. Alors que le régime de type stalinien a prévenu il y a 10 jours de l'imminence d'un test de missile intercontinental, il est désormais en possession de suffisamment de plutonium de qualité militaire pour fabriquer dix bombes nucléaires, a insisté mercredi le ministère sud-coréen de la Défense.

    Selon Séoul, Pyongyang a vraisemblablement accumulé 50 kilogrammes de cet élément à la fin 2016, contre 40 kilogrammes il y a huit ans. Les autorités sud-coréennes estiment aussi que leur voisin du Nord a une capacité «considérable» de productions d'armes utilisant de l'uranium enrichi. En juin, l'institut pour la science et la sécurité internationale, basé à Washington, avait jugé que la Corée du Nord disposait potentiellement de 21 bombes nucléaires, en totalisant celles à base d'uranium et de plutonium.
    Même s'il est difficile de juger du niveau d'avancement des recherches scientifiques, la menace doit être d'autant plus prise au sérieux que le pays a progressé à marche forcée dans le domaine nucléaire ces dernières années, sous l'impulsion de Kim Jong-un, l'héritier de la dynastie communiste. Et il ne compte pas s'arrêter là. Après avoir effectué deux essais nucléaires et des dizaines de tirs de missiles l'an dernier, le jeune dictateur devrait mettre les bouchées doubles cette année pour être en mesure de réaliser son rêve: envoyer une bombe nucléaire sur le territoire américain.



    Suite de l'article
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  3. #3
    Trump promet « le feu et la colère » à la Corée du Nord, qui lui répond

    L’escalade verbale entre les Etats-Unis et Pyongyang continue. Les Nord-Coréens ont déclaré étudier la possibilité de « faire feu » autour d’une île du Pacifique où stationnent des militaires américains.

    Il promet une réaction d’une ampleur « que le monde n’a jamais vue jusqu’ici ». Donald Trump a brusquement haussé le ton, mardi 8 août, face à la Corée du Nord, qui se heurtera, selon lui, au « feu et [à] la colère » si elle persiste à menacer les Américains. « La Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les Etats-Unis », a déclaré le président américain, dans son golf de Bedminster (New Jersey), où il passe ses vacances d’été.

    La veille, Pyongyang avait promis de faire payer « un millier de fois » aux Etats-Unis « le prix de leurs crimes », ou encore de transformer Séoul en « mer de flammes ». Cela, à la suite de l’adoption récente par l’ONU de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord dans le cadre d’une résolution proposée et mise en avant par Washington.

    Aux déclarations du président américain, les Nord-Coréens ont répondu, mercredi, qu’ils envisageaient de tirer des missiles vers les bases américaines de l’île de Guam, dans le Pacifique. L’agence de presse officielle nord-coréenne, KCNA, a déclaré qu’« actuellement, [le pays] étudie avec attention le plan opérationnel afin de faire feu sur les zones situées autour de Guam avec une fusée balistique à portée intermédiaire Hwasong-12 ». Ce projet sera finalisé « et sera mis en pratique de manière consécutive et simultanée, dès que Kim Jong-un, le commandant suprême de la force nucléaire, le décidera », a ajouté l’agence.

    Sur son compte Twitter mercredi à la mi-journée, M. Trump a une nouvelle fois brandi la menace nucléaire face à la Corée du Nord. Le président américain a ainsi prévenu que l’arsenal nucléaire américain était « plus fort et plus puissant que jamais auparavant (…) Espérons que nous n’ayons jamais à utiliser cette puissance, mais nous seront toujours la nation la plus puissante du monde ! »


    L’île de Guam menacée

    L’île de Guam, qui est visée par la Corée du Nord, abrite une base militaire américaine comptant un escadron de sous-marins, une base aérienne et un groupe de gardes-côtes. La déléguée du territoire de Guam à la Chambre des représentants, Madeleine Z. Bordallo, a très vite précisé dans un communiqué que l’île restait sûre et s’est dite convaincue de la « capacité de la défense américaine à [la] protéger ». Dans une vidéo, le gouverneur de Guam, Eddie Calvo, a estimé que l’annonce nord-coréenne ne représentait pas une menace et a assuré que l’île était préparée « à toute éventualité ». Washington n’a recommandé aucun changement dans le niveau d’alerte du territoire, selon lui.

    Ce contexte tendu s’est encore alourdi avec les révélations du Washington Post, mardi, concernant les progrès réalisés par les Nord-Coréens dans leur programme nucléaire. Le régime communiste aurait réussi à adapter suffisamment la taille de ses têtes nucléaires pour pouvoir les placer sur ses missiles intercontinentaux et ainsi faire peser la menace d’une attaque nucléaire sur la première puissance mondiale, selon les conclusions d’un rapport confidentiel achevé le mois dernier par l’agence américaine de renseignement militaire. Grâce à cette capacité, le régime communiste deviendrait une puissance nucléaire à part entière, en mesure de réaliser l’objectif affiché par le leader Kim Jong-un : frapper ces « salauds d’Américains ».



    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/arti...8Kq7hekwyWh.99
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  4. #4
    Les nouvelles menaces de la Corée du Nord contre les Etats-Unis et leur île de Guam

    En réponse à la rhétorique de Trump, Pyongyang a dévoilé un plan militaire très précis pour tirer quatre missiles sur cette île du Pacifique dès cet été.

    Les mots sont plus forts, les menaces de plus en plus précises entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. Le régime de Pyongyang a ainsi confirmé, jeudi 10 août, vouloir tirer quatre missiles sur l’île américaine de Guam, dans le Pacifique, affirmant que seule la force fonctionne avec le président états-unien, Donald Trump, « un gars qui a perdu la raison ».


    « La Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les Etats-Unis »
    , avait dit le M. Trump, promettant, « le feu et la colère, comme le monde ne l’a jamais vu jusqu’ici » en cas de poursuite des actions belliqueuses de Pyongyang. Donald Trump a même rappelé que l’arsenal nucléaire américain était « plus fort et plus puissant que jamais auparavant ».

    Selon l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, l’armée nord-coréenne pourrait achever à la mi-août ses plans pour une attaque contre le territoire américain de Guam, petite île du Pacifique d’une importance stratégique pour les Etats-Unis. Ce plan sera présenté pour approbation à Kim Jong-un et constituera un « avertissement crucial aux Etats-Unis », a précisé l’agence.



    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/asie-pacifique...5vHQtWIMUJI.99


    C'est plus 1 mais 4 missiles maintenant
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  5. #5
    Trump assure être prêt à frapper la Corée du Nord, l'inquiétude internationale grandit



    Donald Trump a de nouveau menacé vendredi d'employer la force contre la Corée du Nord, affirmant que les options militaires "sont en place" et "prêtes à l'emploi", en dépit des appels à la retenue de la Chine et des inquiétudes internationales face à une surenchère verbale sans précédent entre Washington et Pyongyang.

    "Les solutions militaires sont maintenant complètement en place, et prêtes à l'emploi, si la Corée du Nord se comporte imprudemment", a déclaré le président américain sur son compte Twitter. "J'espère que Kim Jong-Un trouvera une autre voie!", a-t-il ajouté.

    Plus tôt vendredi, la Chine avait tenté de faire retomber la fièvre. Pékin a enjoint aux Etats-Unis et à la Corée du Nord de "faire preuve de prudence" et a exhorté Pyongyang à éviter les "démonstrations de force".

    "Nous appelons toutes les parties à faire preuve de prudence dans leurs mots et leurs actions, et à agir davantage pour apaiser les tensions", a déclaré Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

    - La Russie 'très inquiète' -

    Cette montée des tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord pèse sur les marchés financiers et inquiète de nombreux dirigeants mondiaux. "Je ne vois pas de solution militaire à ce conflit", a mis en garde vendredi la chancelière allemande Angela Merkel.

    L'inquiétude a également gagné Moscou où le chef le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s'est dit "très inquiet" des risques de conflit "très élevés" entre les Etats-Unis et la Corée du nord.

    Loin de chercher l'apaisement, le président américain a au contraire multiplié ces derniers jours les déclarations bellicistes. Jeudi, Donald Trump a défendu sa formule controversée promettant "le feu et la colère" à Pyongyang estimant qu'elle n'était "peut-être pas assez dure".

    "Si la Corée du Nord fait quoi que ce soit - ne serait-ce qu'en songeant à attaquer des gens que nous aimons, ou nos alliés, ou nous-mêmes - ils devront vraiment s'inquiéter", a-t-il déclaré depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, où il passe des vacances.

    Il est toutefois resté évasif sur d'éventuelles frappes préventives contre la Corée du Nord, se contentant d'affirmer que les Etats-Unis se préparent "à de nombreux scénarios différents".

    L'armée américaine a indiqué vendredi être "prête à combattre" si le président américain en donnait l'ordre.

    "Nous maintenons un état de préparation optimum pour faire face à la menace nord-coréenne conjointement avec nos alliés et partenaires dans la région", a déclaré le porte-parole du Pentagone, le colonel Rob Manning à l'AFP.

    La Corée du Nord avait réagi ces derniers jours au changement de ton à Washington en menaçant de lancer une attaque contre l'île américaine de Guam, avant-poste stratégique des forces américaines dans le Pacifique.

    L'armée doit présenter au jeune dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un un plan d'offensive contre Guam d'ici la mi-août, selon les militaires nord-coréens.

    Quatre missiles seront tirés simultanément, a expliqué l'armée. Les engins, passant au-dessus du Japon, "voleront 17 minutes et 45 secondes sur une distance de 3.356,7 km, et s'écraseront en mer à 30 ou 40 km de Guam". Ils s'abîmeraient ainsi à l'extérieur des eaux territoriales américaines.

    - La Chine 'doit faire plus' -

    Selon les analystes, des tirs vers Guam placeraient Washington dans une position délicate: si les Etats-Unis ne tentaient pas de les intercepter, leur crédibilité en prendrait un coup et Pyongyang se sentirait pousser des ailes pour mener un test d'ICBM grandeur nature.

    Donald Trump s'est également une nouvelle fois montré agacé par l'attitude de la Chine, principal partenaire économique de Pyongyang, qui doit "faire beaucoup plus" pour mettre la pression sur son turbulent voisin. "Cela ne va pas continuer comme ça", avait-il tonné jeudi.

    Pékin prône une résolution "négociée" du dossier nord-coréen, renvoyant dos à dos Washington et Pyongyang.

    Le Chine avait ainsi proposé à plusieurs reprises, pour désamorcer la crise, un double "moratoire": l'arrêt simultané des essais nucléaires et balistiques nord-coréens d'une part et celui des manoeuvres militaires conjointes des Etats-Unis et de la Corée du Sud d'autre part.

    La Chine a également approuvé samedi à l'ONU une septième volée de sanctions économiques internationales contre la Corée du Nord, en réponse au tir par ce pays de tirs de missiles intercontinentaux. Ces sanctions étaient proposées par Washington, mais Donald Trump a dit craindre que leur effet ne soit limité.



    (©AFP / 11 août 2017 16h29)
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  6. #6
    La Russie prépare sa défense anti-aérienne face à l'escalade des tensions autour de la Corée du Nord

    «Les forces aériennes et la défense anti-aérienne ont été renforcées dans la région de l’Extrême-Orient russe», près de la frontière avec la Corée du Nord, a ajouté le haut responsable, cité par RIA Novosti. Les militaires russes surveillent la situation autour de la frontière nord-coréenne et sur le territoire de ce pays, en portant une attention particulière aux zones qui pourraient être utilisées pour le lancement de missiles.



    Lire la suite
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  7. #7
    La Chine restera neutre en cas d'attaque en premier par les nord-coréenne mais pas le contraire


    PEKIN (Reuters) - En cas d'attaque de la Corée du Nord menaçant les Etats-Unis, la Chine devra rester neutre, mais si Washington attaque en premier la péninsule afin de destituer le régime nord-coréen, la Chine s'interposera, déclarent vendredi les médias chinois.



    Lire la suite
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  8. #8
    Le Japon déploie son système antimissile Patriot


    Suite à l'annonce nord-coréenne de lancer des missiles au-dessus de l'archipel, vers l'île de Guam, le Japon a déployé Patriot, son système antimissile.

    Le Japon a déployé samedi son système de défense antimissile Patriot, après l'annonce par la Corée du Nord de son projet de lancer des missiles au-dessus de l'archipel en direction de l'île américaine de Guam. D'après l'annonce faite par Pyongyang, ces localités pourraient se trouver sur la trajectoire de missiles nord-coréens.



    Lire la suite
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  9. #9
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  10. #10
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Activé