Résultats de 1 à 7 sur 7
  1. #1

    Promesses non tenues : quand Emmanuel Macron fait marche arrière

    François Bayrou a présenté mercredi 14 juin en Conseil des ministres, sa loi de moralisation de la vie publique. Mais le texte présenté va beaucoup moins loin que ce qu'Emmanuel Macron avait promis.


    http://www.francetvinfo.fr/politique...ml#xtor=AL-79-[article_video]-[connexe]


    Emmanuel Macron voulait interdire la fonction de conseil, sauf que finalement, le texte présenté ne l'interdit pas. Il prévoit simplement d'interdire aux parlementaires de commencer une activité de conseil pendant leur mandat. Mais ceux qui auraient commencé cette activité un an avant leur mandat pourraient la poursuivre.


    La suppression du régime spécial des retraites a disparu



    "C'est cela aussi qui nous conduira à demander à l'Assemblée nationale et au Sénat de rapprocher le régime de retraite d'aujourd'hui acquis par nos parlementaires avec le régime de retraite de droit commun", déclarait le président. En somme, il s'agit de supprimer le régime spécial des retraites. Or, ce point a complètement disparu du projet de loi. De même, l'actuel président de la République voulait exiger un casier B2 vierge. Il est maintenant simplement question d'exiger qu'aucun crime et délit ne portent atteinte à la probité pour être parlementaire.



    Les promesses, quelles promesses ? Ah oui ! ces promesses électorales, ces programmes qui en jettent ? Faut pas rêver !
    C'est encore du blablabla pour être élu avec les magouilles de ses financiers. Fabuleux meetings qu'ils ont payés, ils en veulent pour leur argent maintenant.

    Et encore les législatives ne sont pas finies. On va en avoir des surprises surtout s'ils ont les pleins pouvoirs. Comme d'hab on nous roule dans la farine.


    Depuis quand un politique novice ou pas est fiable et crédible ? Si c'était vrai ça se saurait.
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  2. #2
    Le gouvernement voudrait assouplir les modalités des plans sociaux




    Vous croyez qu'il va favoriser le peuple ? Que nenni !

    Il n'agit pas comme un chef d'état mais comme un patron et comme tous les patrons pas de sentimentalité. L'argent avant tout !

    Un vrai chef d'état est un être humain qui s'occupe de son peuple, normalement...


    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  3. #3
    France: plan de réformes pro-business et promesses d'économies


    Les augmentations effectives (cigarettes, CSG, TVA) c'est maintenant, les baisses, promesses seulement, reportées plus tard, bien plus tard sûrement l'année de la campagne présidentielle 2022...

    Ah oui j'oubliais : 11 vaccins obligatoires pour les petits ça va rapporter gros aux lobbies pharmaceutiques.



    Voici les principales mesures annoncées :
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  4. #4
    Les impôts augmenteront en 2018

    CSG, impôts locaux, taxe carbone vont bondir, tandis que les baisses prévues par le candidat Macron sont repoussées. Revue de détail.

    Publié le | Le Point.fr
    Contrairement à ce qu'avait annoncé le candidat Emmanuel Macron, les prélèvements obligatoires vont progresser l'année prochaine.

    Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent. Les Français vont encore en faire les frais l'an prochain.

    Dans son discours de politique générale, le Premier ministre a annoncé le report de quasiment toutes les baisses d'impôts annoncées par le candidat Macron. Il ne reste plus que la hausse de 1,7 point de la CSG compensée en partie par la suppression des 3,15 points de cotisations chômage et maladie payées par les salariés. Ces deux mesures interviendront, elles, dès le 1er janvier.

    En cause : le dérapage des déficits publics révélé par la Cour des comptes.

    La suppression complète de la taxe d'habitation pour 80 % des ménages est repoussée à 2022, la réforme de l'ISF qui devait sortir de l'assiette imposable tous les actifs non immobiliers, l'instauration de la flat tax de 30 % (prélèvements sociaux inclus) sur les revenus du capital n'interviendront qu'en 2019. Tout comme la transformation du CICE en baisse des charges. Un report assorti d'aucune certitude que, cette fois, ces mesures ne seront pas l'an prochain encore repoussées.



    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  5. #5
    Revirement des promesses non tenues et maintenant elles vont être tenues quoi que il y en a d'autres non tenues comme le non cumul des mandats, l'augmentation du quotient familial, l'alignement sur le même régime de toutes les retraites, l'augmentation de 100 euros par mois des petites retraites.

    A suivre...



    Une taxe d'habitation très politique

    L'exonération de la taxe d'habitation pour 80% des ménages français a été annoncée dimanche 9 juillet. Elle entrera en vigueur dès 2018. Le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé la mise en place de la mesure "d'ici 2022" moins de cinq jours auparavant. S'agit-il du premier couac gouvernemental ? Pour Michel Urvoy, éditorialiste politique à Ouest France, Emmanuel Macron précipite le calendrier, qui "est évidemment très politique", parce qu'"il a besoin d'instaurer la confiance".


    Suite
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  6. #6
    Finalement d'autres promesses seront tenues

    A suivre...



    « J’ai décidé qu’on n’attendrait pas. »
    Accusé depuis quelques jours de vouloir renier certaines de ses promesses de campagne, en reportant notamment à 2019 les réformes de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et de la taxe d’habitation, comme l’a suggéré le premier ministre, Edouard Philippe, dans son discours de politique générale le 4 juillet, Emmanuel Macron a décidé de mettre lui-même les points sur les « i ». Pas question de laisser penser qu’il serait un François Hollande bis, alors que les études d’opinion montrent des premiers signes de défiance.

    Concernant la refonte du système des retraites, « les orientations seront présentées au Parlement au premier semestre 2018 », annonce le chef de l’Etat. Objectif : passer des 37 régimes actuels à « un régime beaucoup plus fort et stable », c’est-à-dire mettre fin à l’ensemble des régimes spéciaux, une réforme sur laquelle Alain Juppé avait buté en 1995.


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/arti...cY2RVQYQ42c.99
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

  7. #7
    Malgré les promesses, Macron et Philippe ne sonnent pas la fin du matraquage fiscal


    Une semaine après, alors que le Premier Ministre garantit un "effet de souffle fiscal en faveur de l'investissement, de l'emploi et de la croissance", entre mise en œuvre incertaine, illisibilité et complexité, le constat tiré des annonces de ces derniers jours est sans appel: "la République En Marche" ne sonnera pas la fin du matraquage fiscal qui touche ménages, entreprises, commerçants, artisans et professions libérales.

    Parmi les nombreuses promesses de campagne sur les sujets urgents de la dépense publique et de la fiscalité, la suppression des cotisations salariales sur les assurances maladie et chômage, "compensée" par la hausse de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), compte finalement comme l'une des seules mesures qui entrera véritablement en vigueur au 1er janvier 2018. Censée "redonner du pouvoir d'achat à plus de 20 millions d'actifs et élargir aux retraités le financement de la protection sociale", la réforme viendra au contraire porter un nouveau coup dur aux retraités, voire, asséner ménages, salariés, et travailleurs indépendants.




    Retrouvez cet article sur le Huffington Post







    C'est plus urgent de protéger les assistés venus d'ailleurs que ceux qui travaillent pour ce gouvernement comme pour les autres avant.
    Ils font tous pareil, arrivés au pouvoir avec des promesses qu'ils ne tiennent jamais
    Le premier homme politique, en France, qui cessera de prendre les gens pour des cons, ce sera un véritable héros national (Maxime Tandonnet)

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Activé