REPORTAGE. Un parti islamiste fondé à Molenbeek joue avec les nerfs des politiques belges et électrise les débats sur la laïcité...Par Clément Pétreault

Bruxelles. C'est une salle sans fenêtre, mal éclairée, derrière une porte de garage au pied d'un immeuble triste de Molenbeek. Sur la table sont éparpillés des tracts, des bouteilles d'eau et des brouillons de discours. Nous sommes au cœur du parti belge Islam, acronyme d'« Intégrité, Solidarité, Liberté, Authenticité, Moralité ». C'est ici, dans cette pièce vide, que sont nées les idées politiques les plus subversives de la campagne des municipales qui débute en Belgique. Les locaux sont déserts, mais la classe politique belge ne parle que du parti Islam. Et, pour une fois, il y a consensus : personne ne veut de ce parti au programme détonnant.
« Charia occidentale »

Redouane Ahrouch, l'un des trois fondateurs, s'est fait remarquer la semaine dernière en proposant la séparation des hommes et des femmes dans les transports en commun : « Durant les heures de pointe, certaines personnes, surtout d'origine étrangère, profitent du fait que les véhicules sont pleins à craquer pour se coller aux femmes. Ce ne sont pas seulement les femmes musulmanes qui se sentent ainsi humiliées. C'est pourquoi je plaide pour que les hommes montent à l'avant et les femmes à l'arrière », a défendu ce chauffeur de bus, élu communal d'Anderlecht en 2012 avec 4,12 % des voix. Il ne s'agit pas là de la première saillie politique de cet islamiste patenté. Juste après son élection – saluée par les Frères musulmans –, il avait surpris la Belgique en prenant position pour « une charia occidentale » en Belgique. Puis il avait envoyé une lettre au roi Albert II en l'invitant à se convertir à l'islam...


Lire la suite